One Direction ? That’s gay !

Episode 4 de la saison 1 de « How I Met Your One Direction »
bbc0b9e09c38516eb1b0d80459105d46e86736504ee662ca5e5b51d4a77acffd
Source: http://www.quickmeme.com/meme/30maxj

« How do 5 gay guys walk ? In one direction ! » Un exemple, parmi d’autres, d’un humour teinté d’homophobie qui cherche à caractériser les One Direction. De concert avec la médiatisation qui les entoure, l’internet ne chante pas toujours les louanges de ces « gueules d’anges » (manière qu’à souvent la presse de les qualifier). A travers des memes, des commentaires postés sous des articles parlant du boys band, ils en prennent pour leur grade et sont plus souvent vus comme les folles du régiment plutôt que comme les rambos de la compagnie. Comprenez : ils sont gays, leur musique est gay, leur public (masculin) est gay. C’est le sujet de ce post.

Note: les memes présentés ici ne portent pas la signature de leurs auteurs. Ainsi, il est impossible de définir qui les a écrit. Toutefois, nous partons du principe qu’il est plus probable que ce soit des jeunes hommes hétérosexuels qui en soient les ghostwriters. Et ce, pour plusieurs raisons. Comme nous l’avons présenté dans un article précédent, la masculinité hégémonique et ses complices rejettent la féminité et l’homosexualité, qu’ils associent (Connell 2005 [1995] : 78). Le rejet de la supposée gayness des membres du groupe de musique perçu dans ces blagues laisse penser qu’elles ont été conçues et imaginées par des hommes hétérosexuels plutôt jeunes, de par le support utilisé. Par ailleurs, ces memes sont écrit sur le ton de la plaisanterie, mais, faire une blague, ce n’est jamais « juste pour blaguer », puisque c’est un acte social qui se fait en groupe, parfois pour exclure certaines personnes, comme l’explique très bien l’avocat américain Jason P. Steed, auteur d’une thèse sur la fonction sociale de l’humour.

31673453
Source: https://memegenerator.net/instance/31673453

Ce premier exemple est un meme très répandu qui représente le personnage de Boromir, de la trilogie du Seigneur des Anneaux, au moment où il dit « one does not simply walk into Mordor », mettant en garde ses compagnons quant à la difficulté de la tâche qui les attend. Nous avons donc ici la représentation d’un homme hétérosexuel qui a tout du personnage viril (c’est un guerrier, il porte la barbe, il a les ongles sales), qui fait ici preuve de clairvoyance. Dans le détournement de cette scène, l’auteur du witz lui fait dire qu’on ne peut simplement écouter Nicki Minaj, Lady Gaga et One direction, sans être homosexuel. Ici, l’expression « bubble gum crap » est utilisée, expression qui qualifie une grosse production visant essentiellement un jeune public féminin. Le lien entre homosexualité et féminité prend forme à travers cette locution, qui précède le mot « gay » dans la phrase. Le rejet de l’homosexualité – parce qu’associée à la féminité- (voir Connell 2005 [1995]) est donc au centre du message. D’autre part, sachant que le public des 1D est essentiellement composé de jeunes femmes, il est sous-entendu entre les lignes qu’il n’est pas envisageable/possible pour un homme hétérosexuel d’écouter leur musique, sous peine d’être émasculé à jamais (voir Goffman 2002 [1977]). En résumé, « il n’y a que les femmes prépubères et les gays pour acheter leurs disques ». Le même schéma de pensée est en action dans l’image ci-dessous qui affirme qu’un homme écoutant One Direction est homosexuel. La blague est soulignée par la couleur rose, stéréotype de la couleur féminine – ou, par métonymie, gay (dans l’histoire, le triangle rose, par exemple).

43741427
Source: https://memegenerator.net/instance/43741427
5
Source: https://memegenerator.net/instance/39016233

Les One Direction, encore moins hétérosexuels que Freddie Mercury. C’est le message de la plaisanterie présentée ci-dessus. Le chanteur du groupe de rock Queen, véritable icône gay des années 1970-1980 – avec sa pornstache, ses blousons de cuir et son torse nu sur scène, qui avait dit qu’il était « gay comme une jonquille » pour la première en 1974, est mort du sida en 1991 (maladie parfois encore considérée aujourd’hui comme un mal propre aux homosexuels de sexe masculin). Depuis, il est resté un des homosexuels les plus célèbres dans la mémoire collective, largement admiré et reconnu pour son talent musical. Vu ce qui précède, le ressort comique de la blague est facilement compréhensible : même un homosexuel out est plus hétérosexuel que les membres de One Direction, qui, par conséquent, sont définis comme étant « très gays ». Par rapport à eux, le leader de Queen présente certains éléments typiquement masculins (éléments repris dans la communauté homosexuelle) : il porte une moustache, n’est pas maigre, à des poils sur le torse et s’est fait le co-auteur de beaucoup de titres ayant été unanimement acclamés (le mot « gay », en anglais, peut signifier « nul » ou « stupide »). L’attaque contre les jeunes artistes semble donc porter sur leur physique, voire leurs attitudes, mais aussi sur leur musique.

3
Source: http://imgur.com/gallery/8x6sM1R
4
Source: http://memecenter.com/fun/1015395/gay-direction

L’exemple suivant est un commentaire figurant sous un article humoristique du Gorafi annonçant la séparation du groupe suite au premier rapport sexuel de l’un d’entre eux.

Commentaire sur les 1D sous un article du Gorafi

Dans ce texte, l’homosexualité de tous les membres du groupe british est affirmée –à tort- comme étant « de notoriété publique ». Sans doute une figure de style pour signifier qu’elle ne fait aucun doute. Et pourquoi ? Parce que les « minettes » de toutes générations confondues se sont toujours « pâmées » devant « des gays ». L’auteur du texte prête donc à toutes les filles la caractéristique d’admirer des artistes homosexuels. Ainsi, les 1D étant majoritairement suivis par des jeunes adolescentes, la conclusion semble aller de soi pour l’internaute. Son message est également teinté de misogynie (au-delà de l’usage du terme « minettes ») : il lie les hormones « femelles » au mauvais fonctionnement du cerveau, les empêchant ainsi de se rendre compte de leurs actions (ici, le fait d’aimer les 1D). Se faisant, Srill se détache du public du boys band et marque sa supériorité intellectuelle, en tant qu’homme masculin et hétérosexuel.

En filigrane de ces différentes illustrations de la moquerie que suscitent les garçons de la bande, plusieurs éléments peuvent être analysés du point de vue des études genre.

Premièrement, comme abordé dans différents posts de ce blog, les 1D sont perçus comme ayant des traits plutôt féminins parce qu’ils sont tactiles entre eux, ont un physique de minets. Pour cette raison, il existe des rumeurs courant sur leur sexualité, mais aussi parce qu’il n’y a, par définition, pas de femmes dans leur groupe et que certains membres d’anciens boys bands ont fait leur coming-out (Jake Bass, des Backstreet Boys et George Michael, de Wham !, en sont des exemples). A l’œuvre dans les exemples présentés, une homophobie servant de point d’appui à l’affirmation de la masculinité hégémonique, par le rejet de la féminité (voir Connell 2005 [1995]). Cette homophobie, cette peur de pouvoir être comparé, en tant comme hétérosexuel, à une sissy –traduisible par « tapette », « poule mouillée » ou « femmelette » en français – existe, et ce, déjà depuis le plus jeune âge et à travers l’adolescence – tranche d’âge correspondant au public cible de One Direction, comme l’explique Kimmel (1997). Et, même si un relatif changement semble s’opérer au sein de la masculinité hégémonique afin d’inclure un plus grand nombre de masculinité, avec le concept de bromance, par exemple, ce ne serait que pour assurer la domination exercée sur le genre féminin (voir Arxer 2011). En bref, les hommes hétérosexuels ayant produit le matériel analysé ne font que s’empresser de se distancer de tout ce qui a trait à la féminité, selon eux.

Par ailleurs, il s’agit également pour eux de se définir comme ne faisant pas partie du groupe formé autour des One Direction. Leur public étant essentiellement féminin, il s’agirait ici d’une trahison ou d’un coming-out. Mais, un autre élément pourrait sous-tendre ce mouvement de dégoût : les stéréotypes liés aux différents genres de musique. D’une part, il existe des études – parfois trop généralisantes et trop anciennes, mais néanmoins intéressantes – sur le fait que certains genre musicaux sont davantage écoutés par les femmes (musique soft et paroles romantiques) que par les hommes (musique plus hard, paroles sexuellement explicites et exprimant la suprématie du genre masculin) (Christenson et Peterson 1988 : 286). Socialement construites, ces préférences incluraient le rejet de la musique mainstream par les hommes, se positionnant ainsi comme des connaisseurs, alors que les femmes l’embrasse (ibid. 298). Des études plus récentes démontrent, elles, qu’ils existent des stéréotypes tenaces à propos des individus par rapport au genre de musique qu’ils écoutent et que le style écouté participe à large échelle à la construction de l’identité des jeunes gens (voir Rentfrow et al. 2009). Dans le cas présent, il y a donc un refoulement d’un genre musical – pop musique soft et romantique d’un boys band mainstream – associé à la féminité.

Autre clef de lecture, l’évolution de la langue anglaise et ses effets. Après avoir eu la signification de « jovial », puis d’ « homosexuel », le mot « gay » est utilisé aujourd’hui par « les hommes, et spécialement les plus jeunes, comme substitut pour qualifier quelque chose ou quelqu’un de stupide, sans valeur, faible ou féminin(e) (Pascoe 2007 ; Plummer 2001 cités dans Hall et LaFrance 2012 : 35 – traduction personnelle). Ces expressions homophobes leur servent à se présenter comme n’étant pas homosexuels, et d’ainsi affirmer leur masculinité et leur hétérosexualité (Hall et LaFrance 2012 : 36). Deux aspects dignes d’intérêt ici : la polysémie anglophone de « gay » pourrait signifier que le mot a été utilisé dans les publications présentées pour exprimer une opinion sur la musique produite par Harry Styles and Co., mais il pourrait également s’agir pour les auteurs d’affirmer leur identité de genre et sexuelle. Une certitude : ils ont réussi la prouesse de les comparer à Freddie Mercury, pirouette qui semblait impossible à exécuter il y a peu. One does not simply use Freddie Mercury to express its own homophobic way of thinking/life.


Sources :

Arxer, Steven L. 2011. Reconceptualizing the Relationship between Homosociality and Hegemonic Masculinity, in : Humanity & Society, Vol. 35, No. 4, novembre, pp. 390-422, 2011.

Christenson, Peter G. et Peterson, Jon B. 1988. Genre and Gender in the Structure of Music Preferences, in : Communication Research, Vol. 15, No. 3, juin, pp. 282-301, 1988.

Connell, Raewlyn W. 2005 [1995]. Masculinities. Second edition. Berkeley, Los Angeles : University of California Press.

Goffman, Erving. 2002 [1977]. L’arrangement des sexes. Paris: La Dispute.

Hall, Jeffrey et LaFrance, Betty. 2012. “That’s Gay”: Sexual Prejudice, Gender Identity, Norms, and Homophobic Communication, in : Communication Quaterly, Vol. 60, No. 1, pp. 35-58, 2012.

Kimmel, Michael S. 1997. Masculinity as Homophobia: Fear, Shame, and Silence in the Construction of Gender Identity. In M. Gergen et S. Davis (éds.), Toward a New Psychology of Gender: A Reader (pp. 223-242). New York, London : Routledge.

Rentfrow, Peter J. et al. 2009. You Are What You Listen To: Young People’s Stereotypes about Music Fans, in: Group Processes & Intergroup Relations, Vol. 12, No. 3, pp. 329-344, 2009.

Publicités

2 réflexions au sujet de « One Direction ? That’s gay ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s